LA NOMOPHOBIE

Ou la maladie des accros du Smartphone

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter

La montée de l’usage de l’outil numérique va décidément de concert avec des maux. Elle  évoque ainsi une peur démesurée à l’idée de se retrouver sans son téléphone, la Nomophobie.

Etymologiquement, la nomophobie vient de la contraction de deux termes: “no mobile phone” qui veut dire absence de téléphone, et “phobie” qui veut dire peur. En effet, les psychiatres considèrent ce phénomène comme une maladie du monde moderne, engendrée par la communication virtuelle et la généralisation des smartphones.

Notons encore que de 2012 à nos jours, le temps moyen quotidien passé sur smartphone a doublé. On regarde en moyenne 200 fois par jour son écran de téléphone.

Le constat est clair: nous sommes de plus en plus scotché à nos téléphones mobiles. Élu mot de l’année par le Cambridge Dictionary, la nomophobie touche particulièrement les jeunes.

Symptômes de la Nomophobie

Les répercussions de la sur-utilisation du téléphone portable sur la vie personnelle peuvent également donner des indications sur la potentielle addiction. Parmi ces conséquences, on retrouve les troubles du sommeil, les difficultés d’endormissement, la fatigue ou encore l’isolement social.

Parmi les affirmations, figurent notamment celles-ci : « Sans smartphone avec moi, je me sentirais anxieux parce que mon lien avec ma famille ou mes amis serait rompu » ou « manquer de batterie pour mon portable me fait peur ».

Comment réduire sa dépendance au Smartphone ?

Pour réduire son usage, il est d’abord nécessaire d’en prendre conscience : par exemple, repérer tous les moments où l’on consulte son appareil alors qu’on pourrait s’en passer. Il existe aussi de nombreuses applications permettant de consulter son temps de connexion aux différents réseaux sociaux ou même de bloquer l’accès au téléphone après une certaine heure.

Eu égard à cette allure, il serait urgent de trouver des solutions. Ainsi pour éviter la nomophobie, il sera nécessaire de :  

  • Limiter vos heures de connexion dans la journée;
  • Désactiver les notifications durant les moments de repos et de travail;
  • Mesurer votre temps de connexion en vous fixant comme objectif de le réduire.

Il est alors à noter que se connecter avec démesure crée de la dépendance pouvant mener à des troubles du comportement et de la personnalité.Il faut donc trouver un équilibre judicieux entre la nécessité d’une part de profiter des avantages du net et d’autre part le danger d’être prisonnier de son téléphone mobile.

Cet équilibre, vous avez la responsabilité de le trouver !

suivez-nous sur les rÉseaux sociaux